zoom sur nos différents champs d'intervention

En pédiatrie, l’évaluation en ergothérapie se compose le plus souvent :

  • d’un entretien avec la famille et la personne concernée (enfant, adolescent)
  • de l’utilisation d’outils étalonnés pour une comparaison avec la norme
  • d’observations qualitatives pour apporter une analyse différentielle d’un symptôme
  • de la rédaction d’un compte rendu

Le bilan le plus fréquemment demandé concernent le domaine des troubles des apprentissages et se compose d’un ou de plusieurs de ces évaluations :

  • de (pré)graphisme pour des enfants d’âge scolaire ou préscolaire
  • des praxies et des compétences visuo spatiales, visuo-constructives
  • d’autonomie fonctionnelle dans les activités de la vie quotidienne et de motricité fine
  • d’autonomie fonctionnelle dans les activités de la vie scolaire
La durée de cette évaluation est variable d'une personne à l'autre (rien n'est codifié)
en général entre 1h30 et 3h

En neurologie (adulte et sénior) et en gériatrie, l'ergothérapeute sera, le plus souvent, amené à se rendre au domicile de la personne afin d'analyser :

Les activités élémentaires
de la vie quotidienne

  • Entretien personnel (toilette, habillage, alimentation, élimination)
  • Déplacements intérieurs et extérieurs (marcher, faire ses transferts)
  • Communication
  • Sécurité
  • Prise des médicaments

Les activités élaborées de la vie quotidienne

  • Faire des courses et les repas
  • Activités ménagères
  • Utiliser un ordinateur
  • Utiliser les transports
  • Gérer ses finances
  • Bricoler et entretenir son logement
  • Activités occupationnelles

L'aspect
cognitivo-comportemental

  • Organiser sa journée
  • Planifier et gérer les activités domestiques et communautaires
  • Avoir une relation à autrui adaptée
  • Avoir une vie familiale, sociale, scolaire, professionnelle, citoyenne, culturelle et de loisirs
  • Prise des médicaments

Mais aussi

Les aides techniques présentes au domicile de la personne

Les éléments relatifs au logement de la personne

Les éléments relatifs au véhicule de la personne

Les aides humaines

Un Trouble Spécifique des Apprentissages (TSA) est l’atteinte d’une fonction cognitive responsable de difficultés d’apprentissage. Ce trouble spécifique est durable et persistant.

On distingue plusieurs troubles spécifiques des apprentissages :

​Trouble spécifique du langage oral
Troubles spécifiques du langage écrit

Trouble spécifique du calcul

Trouble de la planification et de la coordination des gestes Elles peuvent être :
  • Constructives : difficultés à assembler différents éléments, à orienter des pièces les unes par rapport aux autres…
  • Idéatoire : difficultés d’utilisation et de manipulation d’objets et d’outils
  • Idéo-motrice: difficultés à réaliser des gestes symboliques
  • Oro-buccale: difficultés à parler, bien que comprenant le langage
  • Visuo-spatiale: difficultés à « lire » (textes et images) et à écrire
Trouble qui se présente comme un déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité.
Un trouble qui peut, à court ou à long terme, concerner les fonctions suivantes : intégration des données, rétention ou restitution des données (capacité à retrouver une information en mémoire, capacité à garder cette information en mémoire et à l’utiliser activement tout en travaillant sur un thème donné)
Aussi appelé le syndrôme dysexécutif. Ce sont des fonctions qui administrent, supervisent et contrôlent toutes les fonctions spécifiques (fonctions linguistiques, mnésiques, praxiques, visuospatiales, gnosiques et raisonnementales) et qui sont élaborées grâce à 4 phases :
  • Rôle du choix des données et de l’attention sélective
  • Stratégie, planification de l’action, inhibition des routines non adéquates (excès ou défaut d’inhibition)
  • Déclenchement des procédures adéquates
  • Fonction d’arrêt ou mise en route d’ajustements

À TOUS CES TSA, ON OBSERVE SOUVENT DES TROUBLES ASSOCIÉS

FATIGABILITÉ

LENTEUR

DIFFICULTÉS DE CONCENTRATION

INCOMPRÉHENSION DE L’ABSTRACTION

DIFFICULTÉS PSYCHO-AFFECTIVES

Les enfants présentant un TED ont parfois des difficultés sur le plan sensoriel, cognitif, moteur, de la coordination et de l’équilibre.

Chez ces enfants, c’est naturellement l’ergothérapeute et le psychomotricien qui vont être sollicitées pour mettre en place un accompagnement thérapeutique autour de ces axes de travail.

Pour ce faire, l’ergothérapeute commencera sa prise en charge par une évaluation pour analyser le profil sensoriel de l’enfant et déterminer ses habiletés sensori-motrices et cognitives.

Il travaillera ensuite avec l’enfant les points déficitaires qui peuvent concerner :

  • la communication
  • le sensoriel
  • le neurovisuel
  • le cognitif
  • la structuration temporo-spatiale
  • la motricité fine et globale
  • l’équilibre dynamique et statique
  • la coordination bimanuelle et oculo-manuelle
  • l’organisation gestuelle ou encore l’agilité
Ces objectifs vont permettre d’aller vers des axes de travail plus généraux (graphisme, l’utilisation d’outils scolaires et d’objets de la vie quotidienne, ou encore l’habillage).

objectif final

Aider chaque enfant à acquérir le plus d’autonomie et d’indépendance possible, au niveau de sa scolarité et de la vie quotidienne.

Quelques conseils et exercices à appliquer chez vous

L’ergothérapie, en neurologie, est indiquée pour des personnes qui souffrent d’une atteinte du système nerveux central (accident vasculaire cérébral, maladie de Parkinson, sclérose en plaque…) ou périphérique (lésion des nerfs périphériques, paraplégie ou tétraplégie, amputation…).

Ces maladies, qui touchent au système nerveux central, affectent très souvent les fonctions motrices, sensorielles, neuropsychologiques et psycho-affectives de l’individu. Il en résulte généralement, chez cette personne, une diminution de son autonomie et de son indépendance.

En neurologie, l’ergothérapie a alors un rôle rééducatif et réhabilitatif.

Dans un premier temps l’ergothérapeute va aider le patient à restaurer ou maintenir un maximum d’autonomie et d’indépendance, grâce à un entraînement important des fonctions diminuées.

Il va alors intervenir dans divers champs comme :

  • les soins corporels
  • l’alimentation
  • les déplacements
  • la communication
  • les activités ménagères
  • les activités scolaires et/ou professionnelles
  • les loisirs
  • la vie sociale
Puis dans un second temps, dans un rôle réhabilitatif, l’ergothérapeute va rechercher des stratégies compensatoires pour pallier aux fonctions perdues (apprentissage de techniques, intégration de moyens auxiliaires, évaluation et modification de l’environnement).

Les ergothérapeutes ont les connaissances et la possibilité légale de se rendre au domicile des personnes en situation de handicap ou vieillissantes.

Au regard de la Loi du 11 février 2005 concernant l’accessibilité des personnes en situations de handicap (moteur, auditif, visuel et cognitif), les ergothérapeutes peuvent également apporter une réelle expérience de conseil dans les diagnostics de mise en conformité des ERP (Établissement Recevant du Public).

Le but est alors d’évaluer le cadre de vie mais aussi de mettre en situation la personne en situation de handicap.

En effet, l’ergothérapeute examine non seulement les effets physiques d’une lésion, d’une maladie ou du vieillissement, mais il se penche également sur les facteurs psychosociaux et environnementaux qui influencent la capacité d’agir de la personne.

Par le biais d’entrevues, d’évaluations et de mises en situations concrètes, l’ergothérapeute obtient des informations au niveau des aptitudes et des faiblesses de la personne. Il recueille également des renseignements sur la manière dont ses activités se déroulent et sur le contexte environnemental dans lequel elles s’exercent.

Son rôle premier est de permettre à la personne en situation de handicap (évolutif ou non), temporaire ou définitive de développer son potentiel d’indépendance et d’autonomie personnelle.

Background amenagement

OBJECTIF DES AMÉNAGEMENTS

  • Favoriser l’indépendance, compenser les situations de handicap

  • Sécuriser le quotidien : éliminer les situations à risque de chute

  • Diminuer les situations génératrices de fatigue, douleur ou inconfort
Expertise

DÉMARCHE ERGOTHÉRAPIQUE

  • Étude du mode et habitudes de vie

  • Évaluation des limitations d’activités et restrictions de participation

  • Préconisations d’aménagement du domicile en fonction des capacités propres à la personne, de ses possibilités, de ses limites

  • Accompagnement à l’acquisition d’aides techniques

  • Liaison avec les intervenants, professionnels du bâtiment spécialisés dans l’aménagement pour personnes handicapées

  • Évaluation, retour sur l’utilisation et la pertinence des aménagements préconisés
L’ergothérapeute bien que spécialiste de l’accessibilité a également ses propres limites.
Il n’est pas spécialiste du bâtiment.

Des formations existent pour les ergothérapeutes sur le cadre bâti mais elles ne remplacent pas l’expérience et l’expertise des professionnels du bâtiment qui ont à charge la construction et/ou l’aménagement du lieu de vie.

Il est nécessaire, lorsqu’une préconisation d’aménagement est faite, de vérifier sa faisabilité et de s’assurer qu’elle apporte solidité et sécurité à l’usager.

COMPTE RENDU

Dans un délai de deux à trois semaines un compte rendu vous sera remis.
Ce compte rendu pourra servir à justifier des demandes de financement auprès de la MDPH et/ou de l’ANAH.

Par ailleurs, si vous êtes locataire d’un appartement étant la propriété d’un bailleur social (SAINT-DENIS HABITAT ou SAINT-OUEN HABITAT ou autres), ce compte rendu sera nécessaire pour que les travaux (par exemple: remplacement d’une baignoire par une douche) soient acceptés et pris en charge financièrement par votre bailleur social.

Quelques conseils et exercices à appliquer chez vous